« Vent d’Enfan » veut acheter une éolienne (Le Vlan du 5 avril 2017)

Une éolienne sur les 5 prévues par NPG et Bewatt.

Les sociétés NPG et Bewatt projettent d’implanter un parc éolien de 5 mats à Ehein, à cheval sur 5 communes : Engis, Nandrin, Neupré, Anthisnes et Flémalle. Un groupe de citoyens s’est rassemblé pour créer une ASBL avec l’intention de passer en coopérative agréée. Elle souhaite effectivement acheter une des éoliennes aux promoteurs pour pouvoir la gérer et redistribuer les dividendes aux citoyens coopérateurs.

Association militant pour les énergies renouvelables, Vent d’Enfan souhaite se lancer dans un projet d’envergure : l’achat d’une éolienne aux sociétés NPG et Bewatt qui s’apprêtent à déposer un permis pour un parc éolien de cinq mats à Ehein, sur Engis mais à cheval sur quatre autres communes: Nandrin, Flémalle, Anthisnes et Neupré (d’ou l’acronyme Vent d’Enfan). « Notre souhait est double: minimiser les nuisances éventuelles, et surtout si le projet aboutit, négocier l’achat d’une éolienne avec les promoteurs pour la gérer entre coopérateurs citoyens, en tant qu’association de citoyens reconnue par la Région wallonne », explique Jean-Pierre Chisogne, vice-président de l’ASBL et habitant de Nandrin. Une éolienne qui serait en tout point identique aux autres. Cette initiative permettrait aux membres coopérateurs de toucher des dividendes sur l’électricité produite et revendue, « jusque 6 % par personne et par an », précise Françoise d’Arripe, la présidente. L’achat d’une part reviendrait de 250 à 500 euros, avec un maximum de 5.000 euros investis par citoyen. Vent d’Enfan espère convaincre 2.500 personnes de rejoindre la future coopérative citoyenne « en sachant que le territoire des cinq communes couvre 50.000 habitants», estime Jean—Pierre Chisogne. Car acheter une éolienne coûte cher… « Cela tourne autour de 4 millions d’euros. On peut tabler sur 15 ans pour qu’elle soit rentable », ajoute-t-il. Tout cela au conditionnel puisque le projet de NPG et Bewatt n’a pas encore reçu le feu vert de I’administration régionale. Et même si cela était le cas, il faudrait négocier avec les promoteurs. « L’accueil est relativement positif. Un décret régional encourage la participation citoyenne dans les projets éoliens. S’engager de la sorte nous permettrait d’être maîtres de notre électricité, d’éviter qu’un jour l’éolienne ne soit revendue à des pays étrangers, et in fine en retirer des bénéfices», souligne—t-il. « Nous attendons le permis pour créer la coopérative et collecter l’argent », ajoute Françoise d’Arripe.

M.L.

Vent d’Enfan, en route vers l’éolienne citoyenne (L’Avenir du 14 mars 2017)

Sabine Lourtie

L’ASBL Vent d’Enfan est constituée et organise quatre réunions d’information en vue d’une éolienne citoyenne sur le futur site d’Ehein.

En novembre dernier, l’idée était lancée. Aujourd’hui, elle se concrétise sérieusement…

L’ASBL « Vent d’Enfan », créée en vue de s’approprier une éolienne citoyenne dans le futur parc éolien de Ehein Haut (Engis), a été constituée. « Il nous fallait un statut juridique pour pouvoir signer les contrats de confidentialité, explique Françoise d’Arripe, qui fait partie des administrateurs. On a opté pour l’ASBL pour éviter d’avoir de l’argent dormant sur un compte. Les dossiers éoliens prennent du temps, connaissent des rebondissements. Mais une fois que le permis sera officiellement délivré, nous nous constituerons en coopérative, avec possibilité de prendre des parts. »

Par ailleurs, les fondateurs ont été frapper aux portes des cinq communes proches du futur parc : Neupré, Anthisnes, Nandrin, Engis et Flémalle, afin de les sensibiliser au projet et de les inviter à rejoindre le groupe ou l’initiative. « On a reçu un accueil favorable sur le fond du projet. Mais les Collèges n’ont pas voulu encore se prononcer. » Vent d’Enfan a également entré en contact avec les promoteurs, à savoir NPG Energy et BeWatt qui ont finalement décidé de faire un proejt commun, de 5 mâts. « On les a rencontrés à deux reprises et ils sont ouverts au projet. On en est toujours à la discussion. »

En quelques mois, l’ASBL s’est également étoffée. « Nous sommes désormais neuf administrateurs, issus de quatre communes concernées. Il nous manque un représentant d’Anthisnes. » Quant aux membres et sympathisants, qui ont versé une cotisation de 10€, ils sont déjà 88. « Et on a reçu 20 demandes d’adhérents. On sent un réel intérêt. » C’est pour grandir encore et se faire connaître que l’association organise quatre réunions d’information : le jeudi 16 mars à 20h à l’école des Houx à Clermont-sous-Huy, jeudi 23 mars à 20h à la maison de village
de Lagrange à Anthisnes, lundi 27 mars à 20h à la maison des jeunes de Plainevaux et mardi 28 mars à 20h30 à l’école de Ramioul à Flémalle.

On a rencontré les promoteurs à deux reprises et ils sont ouverts au projet.

Le souhait de Vent d’Enfan est de proposer aux citoyens d’être acteur de leur énergie renouvelable propre. « L’idée, c’est de s’approprier au moins une éolienne citoyenne, avec un retour en dividende pour le coopérateur, avec une part de maximum 5000€ par personne, qu’elle soit en personne physique ou morale, ce qui permet aux Communes de s’investir. Mais les Communes pourraient aussi avoir leur propre éolienne. Plusieurs scénarios sont possibles. »

Pour finaliser le projet, Vent d’Enfan organise plusieurs visites d’éoliennes citoyennes, « pour voir comment fonctionnent ces coopératives ». Et la suite du planning ? La prochaine étape sera de signer un préaccord avec le promoteur qui compte déposer sa demande de permis pour le mois de juin. « L’étude d’incidence sur l’environnement est presque terminée. »

www.ventdenfan.be